• Home
  • Traitement
  • Atténuer les règles abondantes: le traitement hormonal

Atténuer les règles abondantes: le traitement hormonal

L’administration ciblée d’hormones peu, dans certains cas, aider à diminuer les règles abondantes.

À qui s’adresse un traitement hormonal?

Si les troubles sont dus à un épaississement de la muqueuse utérine, votre médecin vous recommandera éventuellement la prise de la pilule contraceptive ou la mise en place d’un stérilet hormonal.

Comment le traitement agit-il?

Les deux méthodes servent en premier lieu à la contraception. Les substances contenues − selon le médicament, un progestatif (stérilet hormonal, pilule progestative) ou une association d’un œstrogène et d’un progestatif (micropilule) − ont une influence sur votre cycle. Elles permettent, entre autres, que la muqueuse utérine ne s’épaississe pas de façon excessive. De cette façon, un ovule fécondé ne peut pas s’implanter, ce qui empêche toute grossesse non désirée.

Quels sont ses avantages?

Les femmes souffrant de règles abondantes ressentent un effet secondaire positif en prenant la pilule ou après la mise en place d’un stérile hormonal: grâce à la reconstitution limitée de la muqueuse, vos saignements menstruels sont également plus légers.

Quels sont les inconvénients?

Les hormones qui sont apportées à votre corps par le moyen de la contraception peuvent entraîner de multiples modifications corporelles. Selon la nature du médicament et la tolérance individuelle, les effets secondaires suivants peuvent apparaître:

  • maux de tête
  • prise de poids
  • fluctuations de l’humeur
  • un risque augmenté de thromboses
  • baisse de la libido

Et que se passe-t-il en cas de fibromes?

La croissance de fibromes est étroitement liée au cycle féminin. La prise d’une pilule contraceptive ou la mise en place d’un stérilet hormonal peut aider certaines patientes. Lors du traitement des tumeurs bénignes, des médicaments spécifiques peuvent être utilisés qui agissent de manière ciblée sur les taux hormonaux.

  • Les médicaments contenant de l’acétate d’ulipristal inhibent l’activité de la progestérone. Celle-ci stimule entre autres la croissance de fibromes. L’acétate d’ulipristal est pris sous forme de comprimés.
  • Les analogues de GnRH (analogues de l’hormone libérant la gonadotropine) sont des hormones synthétiques qui réduisent l’élimination de l’œstrogène corporelle. Les médicaments sont souvent administrés sous forme d’injections.

Quels sont les avantages?

Elles permettent, entre autres, que la muqueuse utérine ne s’épaississe pas de façon excessive. Les saignements importants sont ainsi diminués. Les fibromes présents rétrécissent également.

Quels sont les inconvénients?

Les analogues de la GnRH entraînent une situation hormonale semblable à celle observée lors de la ménopause. L’administration du médicament est associée aux symptômes caractéristiques qui peuvent parfois être très sévères. Les bouffées de chaleur, les fluctuations de l’humeur ou un risque accru d’ostéoporose font partie des troubles. Pour cette raison, les analogues de GnRH sont généralement administrés pendant une courte période – par exemple pour rétrécir des fibromes avant une opération.

L’acétate d’ulipristal est pris pendant une période de trois mois. Après le traitement, le fibrome peut repousser. Dans ce cas, le médecin conseille éventuellement un traitement par intervalles, donc une prise répétée pendant certaines périodes.

WEB-00461-EUR-FR Rev.001